J+3 - 11 Janvier 2007

Publié le par Mayou & Neric

Aujourd'hui départ pour Hua'Shan (华山) ! Espérons qu'il y ait moins de brouillard sinon on risque de ne pas même voir où l'on pose nos pieds! A 120km à l'est de Xi'An, les pics de granit du massif du HuaShan, hauts de 2200m, dominent les plaines du Nord. C'est l'une des 5 montagnes sacrées de Chine.

De Xi'An, nous partons direction la gare pour trouver le bus dont parle le Lonely Planet… Bilan : impossible à trouver ! Nous marchons de long en large le long de la gare, demandons à une demi douzaine de gens. La moitié nous répond qu'il y en a un mais ne savent pas où, l'autre moitié nous dit ' 没有 !' (Il n'y en a pas !). Bien sûr, entre temps, nous croisons quantité de gens qui nous proposent de nous emmener, mais peut-on leur faire confiance ? Nous avons toujours 2 gars collés à nos basques, (et toujours pas de bus pour HuaShan à l'horizon…), l'un grand, l'autre gros, blousons de cuirs noirs… qui nous proposent (séparément) de nous emmener pour 40Y (le guide disait 20Y environ mais bon…). Après mûres réflexions, on leur dit qu'on veut voir l'état de leur bus avant. 'OK'. Ils disent qu'il y aura 1h15 de trajet alors que le Lonely parle de 2h en gros bus et sans arrêt… 'Houla…' Ils nous emmènent donc à pied à travers les ruelles de Xi'An pour voir leur bus, qui apparemment se trouvent au même endroit alors qu'ils nous ont dit ne pas se connaître quelques minutes auparavant… On marche. On marche. On marche. Bizarre Bizarre… Dernière minute, ils nous font courir et monter dans un minibus en nous redisant 'HuaShan 40Y, ok ?!' Après 10 min, on découvre un énorme bus rempli de chinois qui apparemment nous attendent… A peine le temps de grimper, le bus part et une fille vient nous demander 40Y. Il est probable que les chinois de notre bus payent 20Y et les autres 20Y vont à nos chers 'amis' de la gare ! Eux ont dû se mettre d'accord pour partager ou peut être font-ils parti du même business ! Enfin nous voilà en bus pour HuaShan, c'est déjà ça !

C'est vraiment captivant de voyager en bus, on peut facilement observer les paysages et les gens. A Xi'An, nous avons croisé une famille allant à un enterrement, ils pleuraient, étaient habillés en sombre et les membres de la famille avaient un grand bandeau blanc autour de la tête ! Ils faisaient exploser des mitrailles de pétards dans un nuage de fumée. Ca faisait un bruit terrible pourtant ce souvenir dans ma tête est marqué d'un silence glacé…

A Xi'An, les hommes portent une drôle de barbe… ils ont une sorte de bandeau pour que les oreilles et la barbichette ne prennent pas froid. Ca s'accroche à une oreille passe par la barbe et s'accroche à l'autre oreille. Je suppose que ça doit un peu tirer les oreilles mais au moins ça tient chaud ;)

 

Le bus nous dépose à HuaShan village (400m d'altitude), les chinois du bus eux continuent car ils prennent le téléphérique… apparemment ils n'aiment pas beaucoup l'idée de marcher ! Héhé nous sommes des warriors, nous allons tout faire à pied ! L'entrée prix étudiante est de 40Y au lieu de 100Y, bargain ! Nous commençons la grimpette. HuaShan nous voilà ! Le Lonely Planet dit que les 4 premiers km sont comme une promenade de santé, nous débutons donc gaiement sur le chemin, 'gambadillonant', musardant, observant tout partout chaque détail… Sur notre gauche un ruisseau glougloute dans une eau limpide, tout autour de nous, nous avons un point de vue magnifique sur les montagnes environnantes. Tout en granit avec des formes très particulières comme sur beaucoup de calligraphies chinoises avec les arbres plantés sur les arrêtes rocheuses… De temps à autres sur les parois et rochers on peut voir des poèmes écrits en chinois. La végétation est plutôt luxuriante surtout pour un mois de janvier et nous sommes seuls sur le chemin. On est au calme ; cette atmosphère nous a tout de suite marqué, comme si nous l'attendions depuis longtemps : le silence. N'entendre que la nature : l'eau, le vent, les animaux, les oiseaux (enfin des pépiements d'oiseaux ! c'est tellement rare à Pékin !). HuaShan, c'est donc la nature (plus nous !) et bien sûr comme on est en Chine, il y a bien sur… un boui-boui après chaque difficulté avec un commerçant nous disant ' 休息! 休息!' (reposez-vous !) en nous proposant: nouilles, cookies, redbull !... Ne nous arrêtons pas si vite, continuons la marche… celle-ci se fait de plus en plus ardus et pentus… fatigant ! On sent les muscles qui commencent à chauffer…

Au bout de 4km à cette allure, nous fatiguons mais sommes néanmoins 'frais et roses', pimpants, prêts à chanter… mais nous arrivons à un autre genre de grimpette : les MARCHES ! Des marches, des marches et des marches : les muscles des cuisses qui chauffent ! Cette fois fini la promenade de santé, c'est vraiment éreintant et nous avançons à une allure d'escargots… la montagne à l'air vraiment très haute… et on commence à se demander comment des gens ont pu construire autant de marches !

Les commerçants sont peu nombreux. Ils sont bien sur commerçants et chinois donc avides d'argent mais malgré tout très sympathiques. On sent la bonté derrière leurs visages et leurs mains usées par le froid et le temps. C'est vraiment dur d'imaginer qu'ils vivent là : on peut voir à l'arrière de leur boutique leur espace à eux, leurs lits, c'est vraiment impressionnant : il n'y a pas d'eau courante, le chemin est rude, il fait froid… Ca ne doit pas être une vie facile pourtant ils ont tous l'air plutôt serein, content de parler avec leurs voisins du haut ou du bas et aux quelques étrangers qui passent. Ils gardent une santé de fer, certains de ses commerçants ont au moins 60 ans… et nous osons suer et 'cramper' sur ces marches taillées dans le roc, celles là même qu'ils empruntent probablement tous les jours !

Certains passages deviennent vraiment difficiles et abruptes par endroit, ce ne sont plus des marches mais des échelles taillées dans le roc. Pour grimper, il faut se tenir à deux mains sur les chaînes en aciers sur les côtés. Ces passages portent des noms idylliques tel que Heavenly Ladder, ou Ladder Clouds… Après avoir effectué l'un de ces passages exténuant, nous faisons une pause et voyons passer 2 chinois habitant les lieux, un bâton sur les épaules et 2 énormes sacs pendants à chaque extrémité, c'est inimaginable !

Grimper toutes ces marches est exténuant mais dès que l'on s'arrête plus de 5 minutes, le froid nous mord de ses belles dents bien blanches ! Aglagla, le meilleur moyen est encore de ne pas s'arrêter, mais c'est plus facile à dire qu'à faire. On sent l'altitude qui augmente et l'on s'essouffle plus facilement ! On ne peut pas éviter quelques pauses frigorifiques… Kim a les jambes qui tremblent… Heureusement aussi le paysage est superbe. Il y a souvent de petits temples, des ponts, des symboles de yin et yang (nous sommes sur une montagne sacrée taoïste).   Dans les pans abruptes nous entourant, il y a aussi très souvent des grandes écritures chinoises, des sculptures, des 'chemins' (plutôt des trous taillés dans le granit) menant à des grottes. Le long du chemin, il y a quelques explications en anglais et en chinois sur les lieux que nous croisons, les sages et ermites y ayant vécus…

 

Par endroits, les pentes sont tellement abruptes et escarpées qu'un mauvais pas suffirait à nous faire rouler jusqu'en bas ! Nous multiplions les pauses cookies pour nous donner de l'énergie et éviter les jambes qui tremblent. Pourtant il nous faut accélérer, le soleil se couche aux environs de 18h dans ses montagnes et il ne ferait pas bon devoir grimper de nuit… Enfin nous arrivons au pic Nord (1615m d'altitude) qui marque la moitié de notre randonnée ! Le paysage est magnifique avec une vue sur le village de HuaShan tout petit… On peut admirer les pics environnants. Le long de la CangLong Feng (crête du Dragon vert) qui relie le pic nord aux autres pics, le sentier se découpe sur une étroite crête rocheuse dominant des à-pic vertigineux. La montagne a des formes curieuses, sculptées par le vent, par moment arrondies, par endroit comme coupées à la hache ! Des maisons, boutiques, temples sont construits, comme posés, sur l'arrête de la montagne… C'est superbe !

 

Nous continuons notre grimpée 'céleste'… Des parties abruptes se succèdent, il faut se tenir aux chaînes pour pouvoir grimper sur des échelles de granit. Il y a un passage près d'un temple pour emprunter une volée de marche, plus grandes les unes que les autres et qui tendent vers le ciel.

                                       

A ce moment là, nous n'en pouvons plus et nous montons plus par automatisme qu'autre chose… et une et deux, pied gauche, pied droit… la fatigue se lit sur nos visages et sur notre manière de marcher. Nous sommes bien loin du départ, ou nous gambadions et chantions ! Nous croisons des chinois qui pensent nous faire plaisir en nous annonçant que depuis le pic nord nous avons fait la moitié pour atteindre l'hôtel (il faut dire qu'ils sont montés en périphérique…) Sur le bas côté il y a maintenant de la neige. Nous arrivons à la porte aux clés que nous espérions depuis un bon moment… Près de cette porte (semblable à un arc de triomphe) sont accrochés un peu partout des rubans rouges et des milliers de cadenas… La tradition veut que arrivé à cet endroit on attache un cadenas et l'on offre la clé à la montagne. Nous ne savons pas très bien si ça nous porte-bonheur ou quoi, et si c'est vraiment une tradition ou un attrape touristes mais nous avons pris bien soin d'acheter nos cadenas et de les faire graver à nos noms chinois… Le cadre est formidable, nous sommes seuls au milieu des montagnes, il y a un peu de brouillard mais aussi une merveilleuse vue sur les montagnes environnantes.

Allez il faut reprendre la marche… L'eau que nous portons dans nos sacs à dos commence à geler dans les bouteilles ! Et dire que l'on paie l'été pour avoir des granités, et bien là c'est gratuit ! Sauf qu'en Chine, les gens préfèrent boire de l'eau chaude, et nous aussi nous y sommes fait ! Comme quoi on n'est jamais content ! Il ne faut plus qu'on s'arrête pourtant on n'en peut plus, c'est à se demander comment l'on tient sur nos jambes…

                                     

Parfois, les paroies sont tellement raides qu'il faut s'aider d'une chaine pour monter. On lache et c'est une chute de 10 mètres assurée.

 Peu à peu, le chemin s'élargit et devient plus plat et oh miracle ! Au détour du chemin nous découvrons l'hôtel ! Nous sommes trop fatigués pour pouvoir sauter de joie mais le cœur y est ! Nous sommes donc maintenant à 2100m d'altitude en train de prendre notre chambre d'hôtel ! Que d'effort pour cela (6h30 de randonnée) ! Nous payons 100Y la nuit pour une chambre avec une superbe vue, et on peut même laisser la porte ouverte puisqu'il n'y a pas de chauffage, il fait environ -15°C dehors comme dedans ! Pas de salle de bain ou de toilettes. Nous demandons au patron où nous laver et il nous montre la grande thermos d'eau chaude qu'il vient d'apporter avec une bassine crasseuse posée près de là… Enfin pour en revenir à nos moutons, les toilettes sont quelque part en dehors de l'hôtel… seul luxe (qui explique probablement le prix) des couvertures chauffantes ! Quel bonheur ! Il fait un froid de canard. Tant qu'on marchait ça allait mais après s'être arrêté, le froid devient intolérable. On ne sent plus nos doigts de pieds, ni nos mains. Nous partons à la découverte des toilettes… elles sont à environ 15m de l'hôtel, il s'agit d'un grand trou. On est content d'être en hiver pour les odeurs… On y réfléchit à 2 fois avant d'y aller, et de mettre ses fesses à l'air, il y a de ces jours, où c'est bien pratique d'être un garçon !

Kimmy sur le 'trône chinois', photo sans trucage prise par Mayou et avec l'accord de Kimmy

Retour à la chambre, il n'y a rien à faire. 19h nous allons nous coucher. On se met en pyjama le plus vite possible enfin, si on peut parler de pyjama, pour ma part j'ai par-dessus mon pyjama, 1 jean, 1 sweater, 1 polaire, mon bonnet et écharpe et 2 paires de chaussettes… Vive la technique de l'oignon ! Heureusement, nous avons les couvertures chauffantes à la rescousse, enfin il nous a quand même fallu 2h pour réussir à nous réchauffer. Pendant la nuit, j'ai eu le courage ou plutôt l'obligation d'aller aux toilettes. Eclairée à la lampe torche, ça donne un petit air épique… ma seule peur, tomber dans l'énorme trou ! En rentrant, dans le noir pour ne pas réveiller les autres, je me sers un verre d'eau chaude et j'en fais probablement couler le long de la thermos sur la table… Je m'endors en pensant au levé de demain matin… L'apparition du soleil au dessus des montagnes, par-dessus les nuages… Réveil, 06h30…

Publié dans Voyage en Chine

Commenter cet article

VIVI 23/02/2007 10:34

bravo!! bravo!! je ne me lasse pas ,c'est encore mieux qu'un très bon bouquinmerci bisousssssssssssss

Neric 16/02/2007 14:39

Merci pour votre soutien ;-) Il y a parfois des choses qui sont difficiles à accomplir, mais qui donnent les plus beaux résultats... C'est valable partout, dans tous les domaines...

pte plume 15/02/2007 09:16

il faudrait peut-être avertir Lonely Planet que leurs informations sont plus qu'approximatives !!
Et bravo pour l'équipée, quel courage, c'est beau la jeunesse !

armure 15/02/2007 07:06

pas facile la vie de touristes!!!!!
bravo .